Lexique Musical de la Renaissance (LMR)

Créé en 1997 par Louis Jambou, intégré à l'unité « Patrimoines musicaux » dès 1998, puis à celle de « Patrimoines et Langages musicaux » en 2006, le Lexique musical de la Renaissance fonde sa réflexion sur le texte dans la nécessaire contextualisation. Il se propose de former un dictionnaire du langage musical depuis la naissance de la théorisation musicale en langue vernaculaire jusqu'à la formation du langage tonal. Il cherche à définir une terminologie appréhendée au plus près de la musique, de sa conception théorique, de sa fonction et de sa réalisation pratique ainsi que de sa réception par le public à l'époque de son apparition. Cet outil musicologique est appelé à précéder puis à soutenir l’approche analytique et théorique de la musique pré-tonale.

Dès son origine il a collaboré avec le groupe "Canto" de l'Université de Padoue (dir. prof. Durante).

L’époque « Renaissance » est considérée comme une unité synchronique en laquelle les circulations conceptuelles se font à l’intérieur de la même langue ou d’une langue à une autre. En musique l’outil mis en place s’applique à la monodie, au plain-chant, à toute la polyphonie vocale et instrumentale. En termes de la littérature théorique musicale, il s’attache aux langues néo-latines jusqu’aux environs de 1650 .

Le recours systématique aux textes contemporains de la « Renaissance » est son premier principe. Ces textes forment un corpus ouvert mais l’objet musical, -l’œuvre, son analyse et son contexte théorique ainsi reconstitué-, est son but. L’outil s’ouvre à un ensemble de disciplines variées : ouvrages théoriques et pratiques de la musique, ouvrages scientifiques (mathématiques, physiques…), ouvrages didactiques, ouvrages sur la rhétorique, l’art oratoire ou poétique, les textes normatifs d’institutions ecclésiastiques (actes capitulaires…ou livres de fabrique) ou civiles (actes notariés), des textes littéraires sélectionnés… De ce fait le dictionnaire recherché embrassera les trois moments de l’acte musical : la préparation, la création et l’écriture puis la réception de l’œuvre. L’outil vise ainsi à établir la genèse d’une pensée proprement lexico-musicale.

Trois niveaux définissent la totalité du projet. Les trois niveaux sont interrelationnés et interactifs. Dans les trois cas la présentation est alphabétique mais la base en permet une consultation libre et variée.

L’élaboration des trois niveaux suppose une succession temporelle. Ils ne sont pas construits dans la simultanéité. En effet :
- le premier niveau est un lexique multilingue, cumulatif. Chaque terme regroupe, en chaque langue mais dans la succession alphabétique intégrale, toutes les citations réunies par les collaborateurs. Ce premier niveau exige un travail de lecture musicologique et linguistique du texte et une sélection des citations les plus pertinentes en rapport avec l’acte de la production et la pensée musicales.
- le second niveau est un dictionnaire unilingue sémantique, sélectif. La sélection, dans la langue considérée, est opérée par un regroupement de citations sous des champs sémantiques ou acceptions qui donnent lieu à des définitions. Le nombre de champs sémantiques est une conséquence du contenu signifiant des citations elles-mêmes.
- le troisième niveau sera le dictionnaire multilingue sémantique. Il réunira sous des termes ou entrées multilingues des citations regroupées sous une même acception. Les termes/entrées multilingues ne résulteront pas d’une traduction directe ou littérale mais du signifiant même des citations. La définition du deuxième niveau sera donc clé pour la mise en place d’équivalences entre un terme d’une langue et un autre terme d’une autre langue.

Ce programme permettra
- de relire et de repenser les traités de théorie et pratique musicales,
- de former un dictionnaire raisonné comprenant un répertoire de citations pertinentes des différentes langues techniques musicales vernaculaires en pleine élaboration dans leur saisie du phénomène sonore.
- de définir en chaque langue les vitesses d’apparition, d’implantation, d’intégration, d’archaïsation/évacuation ou rejet, adaptation/permanence ... ou nouvelle émergence des termes/concepts musicaux…
- de porter ainsi la réflexion sur les capes temporelles distinctes, successives ou parallèles, ouvertes ou closes, de chaque aire linguistique et leur interrelation.
- de créer une nouvelle articulation entre les deux niveaux de langage, verbe/son, en un projet sémiotique entre le langage théorique musical et la propre création de l’objet musical.
- de redéfinir ainsi un outil de lecture interprétative et d’analyse de la musique à partir de la perception des acteurs de l’époque par la création de nouveaux champs de contenus musicaux.

Le site du LMR accueillera les textes théoriques sur la musique en langue espagnole (TME) de la même période qui ne sont pas édités actuellement par les sites musicologiques traditionnels. Il sera sous la responsabilité de Cristina Diego.

La mémoire du vécu antérieur, préoccupation de notre temps, ne peut pas ne pas faire découvrir, dans leurs complexes dimensions, une aventure musicale, une dynamique culturelle, qui a été celle des compositeurs d’autrefois.

Depuis 2013, ce projet est dirigé par Cristina Diego Pacheco et dépend institutionnellement du CESR.


Tutelles

Nous contacter

Institut de recherche en Musicologie (IReMus)
2, rue de Louvois 75002 Paris
Secrétariat : +33 1 49 26 09 97
par courriel

Université Paris-Sorbonne
Centre Univ. Clignancourt
salle 524 (informatique), bureau 531 (direction)

2, rue Francis de Croisset 75018 PARIS
TĂ©l : +33 1 53 09 56 00

Centre Sorbonne
Salle Pirro
1, rue Victor Cousin 75005 PARIS
TĂ©l : +33 1 40 46 22 11

Maison de la recherche
Salle 312 et 313
28, rue Serpente 75006 PARIS
TĂ©l : +33 1 53 10 57 00

Connexion utilisateur