MOUVEMENT ET MODÈLES DYNAMIQUES DANS LA PENSÉE MUSICALE

jeu 11 mai 2017 - ven 12 mai 2017
9h15 Accueil des participants Président Benoît Navarret 9h30 Ouverture du colloque par Laure Marcel Berlioz, directrice du CDMC 9h45 Martin Laliberté : Archétypes, modèles dynamiques et développements des instruments de musique 10h30 Mauricio Arturo Meza Ruiz
 : Capter, tracer, transférer l’écoute
. De la composition in situ à l’instrument émergent dans Doppelgänger_Oblivion: Timeline 11h15 Pause 11h30 Samuel Lamontagne ; Arthur Perini : Arkhetupon: La pensée mouvante en composition du monde 12h15 Discussion 12h45 Pause Président Pierre-Albert Castanet 14h30 Lenka Stransky : L’expérience diagrammatique, un régime de pensée mouvement musical 15h15 Marin Escande : Le modèle topologique dans l’œuvre de Yuasa Jôji : une approche plastique du mouvement musical 16h Pause 16h15 Jean-Baptiste Masson : L’immobilité comme mouvement suprême : Zen et musique chez John Cage et Giacinto Scelsi Présidente Geneviève Mathon 9h30 Accueil 9h45 Jean-Marc Chouvel : Composition du mouvement 10h30 Kevin Dahan : Modèles dynamiques 11h15 Pause 11h30 Anna Shvets : The use of flowcharts for representation of a creative process by Arvo Pärt 12h15 Discussion 12h45 Déjeuner Présidente Laure Gauthier 14h30 Anne Boissière : Mouvement et tonalité affective 15h15 Valérie Ométak : Approche du mouvement du rythme musical par le mouvement graphique d’auditeurs de cinq ans 16h Pause 16h15 Stéphane Sacchi : Le mouvement chez Maurice Ohana à la lumière d’une réflexion épistémologique 17h Pause musicale 17h30 Table ronde : Nicolas Donin, Makis Solomos, Xu Yi, Martin Laliberté, Jean-Marc Chouvel
Responsable:
Lieu: 

Centre de Documentation de la Musique Contemporaine

Programme: 

Le terme de mouvement, dans la tradition musicale, peut prendre de nombreux sens, depuis la caractérisation du tempo jusqu’à celle de la grande forme. Il peut évoquer également les dimensions corporelles ou les analogies spatiales. On a beaucoup insisté au cours du XXe siècle sur des notions liées à l’objet (objet sonore bien sûr, mais également série, image, espace, boîtes noires…), ce qui a eu, d’une certaine manière, tendance à réifier la pensée musicale. Avec des notions comme le processus ou le geste, la fin du XXe siècle a pu se donner l’impression de penser le mouvement comme un objet. Il s’agirait pour ce colloque de tenter de restituer toute son autonomie à l’essence même du mouvement, de comprendre en quoi cette question devient aujourd’hui déterminante pour un art comme la musique, qu’Augustin d’Hippone caractérisait déjà d’ars bene movendi. Le dynamisme, les notions de flux, de perturbations, de transitoires, les nouvelles conceptions du temps apportées par les sciences contemporaines, ont eu une incidence indéniable sur la pensée des compositeurs, particulièrement au tournant du XXIe siècle, mais cet aspect n’est pas toujours parfaitement explicité, et encore moins rapporté aux œuvres. La difficulté principale est sans doute de désigner et de fixer par le langage ou par la représentation une part de réalité qui n’est peut-être pas tout à fait compatible avec les outils existants, ce qui pose des problèmes fondamentaux de méthode.
La pensée spécifiquement musicale n’est sans doute pas réductible aux mots ; elle ne l’est pas non plus aux images visuelles, ni aux opérations mathématico-logiques, même si celles-ci ont leur incidence. Elle a à voir avec une nécessité intérieure dynamique, avec une logique intime de la texture temporelle. Cette nécessité est un engagement, une projection ; elle met en branle des affects, du sens et représente un moteur fondamental de la création musicale, mais aussi, consciemment ou pas, un des ressorts primordiaux de l’écoute. Quelles ont été les incidences de ces nouvelles représentations mentales, des modèles dynamiques issus de la pensée contemporaine, dans la réflexion compositionnelle de la fin du XXe siècle et du XXIe siècle ?
Pour tenter de répondre à cette question, nous proposons d’explorer, d’une part, la notion de mouvement à travers son élaboration théorique, psychologique et philosophique —inscription dans l’espace ou changement d’espace, pensée-mouvement, modélisation, etc.— et, d’autre part, la pensée et les représentations du mouvement évoquées dans les écrits musicaux et artistiques et présentes dans les œuvres.
Organisé dans le cadre de la 6ème édition des Rencontres scientifiques, artistiques et pédagogiques – aCROSS, ce colloque réunit des enseignants-chercheurs en musicologie, littérature, arts et théorie de l’art, aussi bien que des artistes et des créateurs.


Tutelles

Nous contacter

Institut de recherche en Musicologie (IReMus)
2, rue de Louvois 75002 Paris
Secrétariat : +33 1 49 26 09 97
par courriel

Université Paris-Sorbonne
Centre Univ. Clignancourt
salle 524 (informatique), bureau 531 (direction)

2, rue Francis de Croisset 75018 PARIS
Tél : +33 1 53 09 56 00

Centre Sorbonne
Salle Pirro
1, rue Victor Cousin 75005 PARIS
Tél : +33 1 40 46 22 11

Maison de la recherche
Salle 312 et 313
28, rue Serpente 75006 PARIS
Tél : +33 1 53 10 57 00

Connexion utilisateur