Étude analytique et comparative de trois modes maghrebins d'échelle commune

sous la direction de  

Le grand Maghreb a toujours été le creuset de rencontres et le carrefour de civilisations venues se mêler aux traditions des populations autochtones. Le patrimoine musical maghrébin est un élément important qui contribue à confirmer l'identité maghrébine. Cet héritage n’a cessé de s’enrichir au cours du temps ; et tout ce que nous écoutons aujourd’hui n’est que le fruit de brassages et de mélanges.
De nos jours, des efforts importants sont déployés pour veiller à la sauvegarde, à la mémorisation et à la mise en valeur de ce patrimoine musical. La responsabilité de conservation est une lourde tâche. Malheureusement, les documents et les sources disponibles sont essentiellement d’ordre historique. Peu de références nous renseignent sur le système modal ou rythmique de ce patrimoine.
Certes, comme pour plusieurs autres musiques traditionnelles, les écrits existants se limitent à l’étude des aspects historiques et poétiques. Conditionnées par leurs traditions orales et par des tentatives de transcriptions tardives, ces musiques constituent assez souvent des terrains vierges du point de vue analytique. La plupart des écrits nous entrainent, d’ailleurs, dans une dimension métaphasique essentiellement basée sur des états d’âmes et des représentations mentales.
L’étude des modes maghrébins est un domaine peu exploré. Les premières tentatives d’analyses et de théorisation remontent au début du siècle dernier. Entièrement basée sur la transmission orale, la musique maghrébine se retrouve confrontée à un problème de transcription et de notation. Elle se plie, finalement, aux règles occidentales, perdant une partie de son authenticité et de son caractère.
La préoccupation de comprendre cette tradition musicale, prend directement le pas sur l’observation pure et sur la pensée descriptive et analytique. En effet, bien que nous ayons du mal à les définir et à les nommer, certain détails restent perceptibles à l’oreille et contribuent à relever et à maintenir des particularités qui font la richesse d’un patrimoine musical essentiellement basé sur l’oralité et sur la pratique.
La problématique des modes et des échelles maghrébins fera l’objet de la présente étude, qui se base sur l’analyse d’exemples concrets.
En tant que musicienne et interprète du répertoire arabo-andalou, je me propose de développer une étude analytique et comparative entre trois modes maghrébins partageant la même échelle. Cette recherche se polarise sur le asba’ayn tunisien, le zidâne algérien et le Hijâj al-kabîr marocain. Elle a pour but essentiel de dégager les particularités de chaque « dialecte musical ».

Date de première inscription: 
Mercredi, 13 mai 2009
Date de soutenance: 
Vendredi, 18 décembre 2015

Tutelles

Nous contacter

Institut de recherche en Musicologie (IReMus)
2, rue de Louvois 75002 Paris
Secrétariat : +33 1 49 26 09 97
par courriel

Université Paris-Sorbonne
Centre Univ. Clignancourt
salle 524 (informatique), bureau 531 (direction)

2, rue Francis de Croisset 75018 PARIS
Tél : +33 1 53 09 56 00

Centre Sorbonne
Salle Pirro
1, rue Victor Cousin 75005 PARIS
Tél : +33 1 40 46 22 11

Maison de la recherche
Salle 312 et 313
28, rue Serpente 75006 PARIS
Tél : +33 1 53 10 57 00

Connexion utilisateur