La place de la musique dans l'enseignement juif médiéval des sciences : analyse du discours sur la musique d'après les textes hébreux provençaux et espagnols (XIIe-XVe siècles)

sous la direction de  
Directeur(rice) de recherche (non-membre de l'IReMus) 
Judith Olszowy-Schlanger (EPHE)

Au vu des monographies récentes portant sur l'enseignement juif médiéval des sciences, Musique est la petite sœur oubliée. Or, cet enseignement est l'héritage des méthodes de la philosophie arabe et de sa partition du savoir, où la musique s'inscrit. Elle apparaît dans des classifications arabes des sciences et des traités lui ont été consacrés, dont certains sont fameux (notamment ceux de al-Kindī, al-Fārābī, Avicenne et Averroès). Ces sources arabes ont influencé le discours juif sur la musique, à en juger par les textes médiévaux qui nous sont parvenus.
À partir du XIIe siècle, en Provence, un important mouvement de traduction de l’arabe vers l’hébreu est enclenché, qui débordera sur le nord de l'Espagne. Le judaïsme provençal, jusqu’alors versé dans les études traditionnelles, est en passe de connaître une véritable mutation culturelle : l'apport des nouveaux textes philosophiques et scientifiques, non traditionnels et non juifs, redessine les contours du domaine intellectuel juif. Certains cercles dits rationalistes ont une activité intellectuelle qui associe les sciences traditionnelles et les sciences non traditionnelles. Ils s'appuient sur des textes rendus accessibles en hébreu et en produisent de nouveaux.
Le travail doctoral que nous proposons consiste en l'analyse du discours sur la musique d'après les textes hébreux produits en Provence et en Espagne entre le XIIe et le XVe siècle. Il s'agit de textes traduits ou adaptés de l'arabe et de textes originaux, et à partir du XIIIe siècle, de textes traduits du latin. La portée de ces textes étant éminemment didactique, nous étudions comment il y est fait référence à la théorie et à la pratique musicales, quelles sont les idées et notions introduites, et comment la musique s'intègre dans le cadre plus général de l'enseignement des sciences. La traduction française et harmonisée de l’ensemble des parties textuelles relatives à la musique (extraites de classifications de sciences, dialogues, commentaires, super-commentaires, traités, sermons et notes éparses), que nous qualifions de « discours sur la musique », est un des apports nouveaux de cette recherche. Cette recherche vise à démontrer les niveaux de réception et de diffusion de la théorie musicale dans les cercles juifs rationalistes provençaux. Elle inclut une démarche d’ordre lexicologique passant par l'étude de la terminologie technique, jusqu'alors inexistante et introduite par les traducteurs et auteurs provençaux. Elle inclut également une réflexion transversale sur l’adaptation en hébreu de thèmes techniques communs aux théories arabe et latine (modalité, composition et contrepoint, rythme et organologie).
Cette thèse devrait permettre de préciser s'il existe ou non une « théorie musicale » du judaïsme médiéval.

Date de première inscription: 
Lundi, 1 octobre 2012

Tutelles

Nous contacter

Institut de recherche en Musicologie (IReMus)
2, rue de Louvois 75002 Paris
Secrétariat : +33 1 49 26 09 97
par courriel

Université Paris-Sorbonne
Centre Univ. Clignancourt
salle 524 (informatique), bureau 531 (direction)

2, rue Francis de Croisset 75018 PARIS
Tél : +33 1 53 09 56 00

Centre Sorbonne
Salle Pirro
1, rue Victor Cousin 75005 PARIS
Tél : +33 1 40 46 22 11

Maison de la recherche
Salle 312 et 313
28, rue Serpente 75006 PARIS
Tél : +33 1 53 10 57 00

Connexion utilisateur