La Représentation du spiritual dans le cinéma états-unien

sous la direction de : 

Au sortir de la guerre de Sécession, une nouvelle musique est offerte en concert au public blanc : les spirituals des anciens esclaves. À l'instar du succès des Fisk Jubilee Singers, un grand nombre d'ensembles vocaux noirs voit rapidement le jour. De ces différents ensembles né la tradition du Jubilee song (une version arrangée et harmonisée des chants, interprétés par des voix travaillées). Certains spécilistes affirment qu'entre la diffusion très large de cette musique par les concerts et la vente de partitions, il est possible de parler de la naissance d'une industrie du divertissement. Mais tandis que cette industrie prend de l'importance dès la fin du 19e siècle, l'usage du spiritual au sein des églises décline pour laisser place au gospel. 

La périodicité de notre filmographie s'étend de 1927 à 1964. Deux des principales questions qu'il convient donc de se poser sont les suivantes : l'utilisation faite par l'industrie cinématographique du spiritual se place-t-elle dans la continuité de cette industrie du divertissement ? Cette utilisation est-elle le reflet des pratiques religieuses contemporaines ? 

De façon à pouvoir proposer des réponses à ces questions, notre travail s'articule en deux parties : redéfinir le spiritual dans l'évolution de son usage, de ses dénominations et de ses contextes puis étudier les films et leur contenu. 

Dans les trente-cinq films qui constituent notre filmographie on peut entendre 46 spirituals, un nombre relativement petit à côté des plus de six cents connus et resensés. Ce qu'il convient donc d'étudier en premier lieu est la façon dont ces chants sont présentés (pour quel effectif, quelle formation, dans quel tempo...) puis de s'intéresser ensuite aux films eux-mêmes (quels en sont les sujets, de quelle façon la musique est-elle filmée et utilisée). Ces deux anayses nous permettront d'appuyer nos conslusions sur la représentation

Il est indéniable que l'industrie cinématographique, au cours de la première moitié du 20e siècle, a vite pris une place de premier choix dans ce que nous appelions l'industrie du divertissement et le spiritual y a occupé une place non négligeable. En nous focalisant sur l'usage particulier que le 7ème art états-unien a fait de cette musique, nous espérons mettre en lumière un aspect peu connu de son histoire.

Université et/ou école doctorale: 
ED 5 de Paris-Sorbonne

Tutelles

Nous contacter

Institut de recherche en Musicologie (IReMus)
2, rue de Louvois 75002 Paris
Secrétariat : +33 1 49 26 09 97
par courriel

Sorbonne Université
Centre Univ. Clignancourt
salle 524 (informatique), bureau 531 (direction)

2, rue Francis de Croisset 75018 PARIS
Tél : +33 1 53 09 56 00

Centre Sorbonne
Salle Pirro
1, rue Victor Cousin 75005 PARIS
Tél : +33 1 40 46 22 11

Maison de la recherche
Salle 312 et 313
28, rue Serpente 75006 PARIS
Tél : +33 1 53 10 57 00

Connexion utilisateur