Les femmes mandolinistes en Italie (1880-1915) : musique, mécénat et affirmation artistique

sous la direction de : 
co-tuteurs: 
Emilio SALA, Renato MEUCCI

 

Dans les recherches sur la mandoline qui ont été menées à partir des années soixante-dix, la place qui occupe la présence féminine dans l’histoire de cet instrument a été très peu étudiée. Seulement récemment, un premier article paru dans Early Music1 a commencé à explorer cette thématique, se limitant néanmoins à un contexte assez restreint. Pourtant, le lien entre les femmes et la mandoline ne se limite pas à des cas isolés : dans les sources iconographiques, on peut par exemple retrouver un véritable fil conducteur qui met en relation cet instrument avec la figure féminine, déjà à partir du XVIIIsiècle.

Cette thèse entend revenir sur la période allant des deux dernières décennies du XIXsiècle jusqu'aux années 1910, qui est communément identifiée comme l'une des plus fécondes pour la facture instrumentale et le développement du répertoire de la mandoline. À partir des années 1880, on assiste à un renouveau d'intérêt pour la mandoline en Italie après l'unification et l'avènement de la nouvelle monarchie. Nous nous posons l'objectif de réévaluer le rôle qu'ont eu les femmes dans l'histoire de la mandoline à cette époque, en donnant un éclairage sur quelques figures-clés de femmes mandolinistes qui ont contribué au regain d'intérêt pour cet instrument à travers la pratique instrumentale, le mécénat, l'enseignement, le développement du répertoire de la mandoline. Nous prendrons en compte notamment le cas particulier de la reine Marguerite de Savoie en tant qu'initiatrice de la véritable renaissance de cet instrument, avec la fondation d'orchestres de mandolines ou circoli mandolinistici sous son patronage, à partir des années 1880. En outre, à partir de l'analyse des statuts de ces associations, nous essayerons de montrer comment ces Circoli offraient aux femmes des classes sociales aisées un moyen de s'affirmer artistiquement même en dehors du cadre familial, sans pour autant cesser de paraître « respectables ».

[1] Paul Sparks, « Clara Ross, Mabel Downing and ladies’ guitar and mandolin bands in late Victorian Britain », Early music, 41/4 (2013), p. 621-632.

Date de première inscription: 
Samedi, 1 octobre 2016
Université et/ou école doctorale: 
ED 5 de Paris-Sorbonne
Università Statale di Milano

Tutelles

Nous contacter

Institut de recherche en Musicologie (IReMus)
2, rue de Louvois 75002 Paris
Secrétariat : +33 1 49 26 09 97
par courriel

Sorbonne Université
Centre Univ. Clignancourt
salle 524 (informatique), bureau 531 (direction)

2, rue Francis de Croisset 75018 PARIS
Tél : +33 1 53 09 56 00

Centre Sorbonne
Salle Pirro
1, rue Victor Cousin 75005 PARIS
Tél : +33 1 40 46 22 11

Maison de la recherche
Salle 312 et 313
28, rue Serpente 75006 PARIS
Tél : +33 1 53 10 57 00

Connexion utilisateur