4.1. Musiciens et musiciennes

Le répertoire contemporain de l'accordéon en Europe depuis 1990 : l'affirmation d'une nouvelle identité sonore

Instrument privilégié des compositeurs d’aujourd’hui, l’accordéon est désormais doté d’un vaste répertoire de musique savante : que ce soit en solo, en musique de chambre, dans l’ensemble ou l’orchestre, la profusion des œuvres est le témoignage d’une intégration de plus en plus grande de cet instrument à la création musicale et l’orchestration contemporaine.

Influences étrangères dans la musique contemporaine des artistes chinois exerçant ou ayant exercé en France, en Allemagne et aux Etats-Unis

La musique contemporaine chinoise (« New Wave » ) est une musique qui mêle la technique du XXe siècle de la musique occidentale et les éléments traditionnels chinois. Elle n'est ni l'une, ni l'autre. En musique contemporaine chinoise, 1+1=3 , ce qui signifie que deux cultures qui fusionnent donnent naissance à une troisième culture. Elle commence au début des années 80, juste après la révolution culturelle en Chine, à l'époque de Tan Dun .

L'oeuvre de chambre de Gabriel Fauré: essai de caractérisation stylistique

Les avis divergent sur le style personnel de Gabriel Fauré (1845-1924) : certains divisent l’œuvre fauréenne en fonction des époques et suivant son activité créatrice, d’autres remarquent qu’une homogénéité de style traverse toute son œuvre, d’autres enfin jugent son style inexprimable et rétif à l’analyse. Bien qu’inspiré par la tradition franco-germanique, l’œuvre de chambre de Fauré s’évade en effet de tout modèle.

Musique et musiciens à la cour d'Henri IV (1589-1610)

Le règne d’Henri IV est incontestablement l’un des plus importants de l’histoire de France, et il n’est guère étonnant que les ouvrages qui ont été consacrés à ce monarque soient nombreux. En outre, la musique a également retenu un grand intérêt parmi les chercheurs, et des études précédentes ont apporté des éléments édifiants concernant plusieurs aspects de la vie musicale durant son règne.

Compositeurs français à l'heure allemande (1940-1944) : le cas de Marcel Delannoy

Si la vie musicale en France sous l’Occupation est aujourd’hui un champ de recherche bien balisé, le parcours de l’un des compositeurs majeurs de cette période, Marcel Delannoy (1898-1962), n’avait encore fait l’objet d’aucune étude approfondie. Appuyé sur un large éventail de sources, dont le riche fonds Delannoy conservé à la Bibliothèque nationale de France, ce travail vise à combler cette lacune en situant Delannoy dans le contexte plus large d’une génération particulièrement exposée sous Vichy.

L'Arrullo : une rencontre patrimoniale. L'exemple de Guapi et Cali

La notion de Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) ou patrimoine vivant (selon les pays où elle est utilisée) est présente de plus en plus dans les discours liés à la musique traditionnelle. Les chants rituels, de la côte Pacifique colombienne, ne font pas exception. Ils font désormais partie de la liste représentative du Patrimoine Culturel Immatériel de l'Humanité de l'UNESCO.

Le méta-opéra baroque (1715-1744). Satire et parodie comme sources d'informations sur la pratique musicale au XVIIIème siècle

L'opéra, ou melodramma, est l'un des phénomènes culturels les plus importants de l'Italie du XVIIIe siècle. D'après Des Brosses, en cette époque ce genre semblait même être plus populaire que le théâtre parlé. L’importance et la popularité du melodramma dans la vie sociale et culturelle d'Italie étaient telles que de nombreuses parodies et satires musicales ont été écrites sur ce genre. Au XVIIIe siècle, ces opéras sur l'opéra ont acquis une telle importance, qu'ils constituèrent un « micro-genre » en soi. Des nombreux musicologues affirment que ce « micro-genre » a existé de 1715 (avec La Dirindina de Domenico Sarro, le premier du genre) à 1827 (avec Le Convenienze e l'inconvenienze teatrali de Gaetano Donizetti, considéré le dernier). Ces opéras sont surnommés, dans la littérature musicologique, metaopera ou metamelodramma.
L'objectif du projet est d'analyser les parodies et satires ayant pour sujet le métier des musiciens et chanteurs actifs dans l'opéra, du point de vue des musiciens eux-mêmes. Ceci permettra de découvrir des références se rapportant à la pratique, les habitudes ou les clichés de la profession (pratiques musicales, situation sociale des musiciens, etc.), qui ne figurent pas forcément dans les sources historiques et critiques habituelles.
L'analyse de ces œuvres fournira une opportunité de plonger dans l'univers de la production musicale du XVIIIe siècle, celle-ci étant parodiée et critiquée par la satire avec son propre langage, ses propres acteurs et protagonistes. Ces œuvres, malgré leur caractère caricatural, constituent une réflexion des musiciens, librettistes, compositeurs et autres acteurs de la scène musicale sur leur propre profession, et éclairent de manière comique et vivante la situation du métier au XVIIIe siècle.

La musique carranguera en Colombie : une construction sonore et poétique identitaire de Boyacá

Nous pouvons définir la musique carranguera, comme une synthèse et une réinterprétation qu’a fait Jorge Velosa et les carrangueros de Raquira depuis les années soixante-dix, de la culture des paysans de la région centre-orientale de la Colombie. Ce recueil d’éléments se porte principalement sur la musique, mais il y a aussi eu une recherche importante sur le patrimoine oral, à travers la poésie, les récits et les proverbes et plus généralement tout le discours rendant compte de la pensée et du comportement des habitants de la région.

Les formes d'appropriation dans la musique savante chilienne, XXe-XXIe siècles : transfert culturel, acculturation, métissage

Cette thèse se focalise sur l’étude de quatre compositeurs chiliens contemporains de la seconde moitié du XXe siècle/début du XXIe (Cirilo Vila, Sergio Ortega, Patricio Wang et Andrés González), dont l’échelonnement générationnel permet d’embrasser un demi siècle de musique, et ayant pour dénominateur commun le fait d’avoir mené des carrières dans l’espace « euro-latinoaméricain ».

Pages


Tutelles

Nous contacter

Institut de recherche en Musicologie (IReMus)
2, rue de Louvois 75002 Paris
Secrétariat : +33 1 49 26 09 97
par courriel

Sorbonne Université
Centre Univ. Clignancourt
salle 524 (informatique), bureau 531 (direction)

2, rue Francis de Croisset 75018 PARIS
Tél : +33 1 53 09 56 00

Centre Sorbonne
Salle Pirro
1, rue Victor Cousin 75005 PARIS
Tél : +33 1 40 46 22 11

Maison de la recherche
Salle 312 et 313
28, rue Serpente 75006 PARIS
Tél : +33 1 53 10 57 00

Connexion utilisateur