Le Traité de l’harmonie de Jean-Philippe Rameau en son temps : discours théoriques et pédagogiques, composition et pratiques musicales autour de 1722

jeu 13 oct 2022 - sam 15 oct 2022
Jeudi 13 octobre : 14h-18h Vendredi 14 octobre : 9h-18h45 Samedi 15 octobre : 9h30-13h
Lieu: 

Jeudi 13 octobre : Campus Clignancourt, Sorbonne Université, 2 rue Francis de Croisset 75018 Paris, salle R01
Vendredi 14 octobre : IEA, Hôtel de Lauzun, salle des gardes (17 quai d’Anjou, 75004 Paris)
Samedi 15 octobre : Maison de la recherche – Sorbonne Université, 28 rue Serpente 75006 Paris, salle D040

Programme: 

Le Traité de l’harmonie de Jean-Philippe Rameau en son temps :
discours théoriques et pédagogiques, composition et pratiques musicales autour de 1722

 
Paris, Sorbonne Université et Institut d'études avancées, 13-15 octobre 2022
Colloque international organisé par l’IReMus, Sorbonne Université et la Société française d’analyse musicale


comité scientifique : 

Thomas Christensen (University of Chicago), Jean Duron (Paris), Don Fader (University of Alabama), Bénédicte Hertz (CMBV), Judith le Blanc (Université de Rouen) Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université / IReMus), Catherine Massip (Bibliothèque nationale de France), Sarah Nancy (Université Paris-3 Sorbonne nouvelle), Théodora Psychoyou (Sorbonne Université / IReMus), Graham Sadler (Royal Birmingham Conservatoire), Nahoko Sekimoto (Sorbonne Université / IReMus – SFAM)

Comité d’organisation :

Raphaëlle Legrand (Sorbonne Université / IReMus – SFAM), Théodora Psychoyou (Sorbonne Université / IReMus – SFAM), Nahoko Sekimoto (Sorbonne Université / IReMus – SFAM)


Argument 

Publié en 1722, le Traité de l’harmonie réduite à ses principes naturels est le premier ouvrage théorique de Jean-Philippe Rameau, alors organiste de la cathédrale de Clermont, bien loin de Paris et inconnu du grand public, si ce n’est à travers de ses pièces de clavecin publiées en 1706. Quantité d’autres ouvrages suivront durant quarante ans, parfois polémiques, souvent apologétiques, venant consolider ou défendre les positions énoncées dans le traité de 1722, les ancrer dans la science de son temps, les commenter, les développer ou les défendre contre ses critiques.
Bien que Rameau ne convoque pas encore dans le Traité la nature spectrale du son comme base essentielle de l’harmonie, ce qu’il fera par la suite, il se revendique d’une vision moderne du progrès fondée sur l'empirisme et les sciences expérimentales (et où la pratique de la musique s’impose comme le terrain d’expérimentation idéal). Mais lorsque cet ouvrage théorique, devenu le plus emblématique et sans doute le plus influent du XVIIIe siècle parait chez Ballard, Rameau n’a pas encore composé les ouvrages lyriques qui le rendront célèbre et il se situe encore bien loin de la perception du public parisien. Il propose pourtant une nouvelle représentation du langage musical, qui fonde la pensée harmonique du langage tonal. Si celle-ci n’est probablement pas immédiatement comprise par son lectorat, elle impose néanmoins l’espace du débat théorique le plus fécond de son temps, et ce tout au long de la vie et la production du compositeur.
Les œuvres théoriques et musicales de Rameau sont largement connues et étudiées, et ont fait l’objet de nombreux travaux, colloques et projets collectifs. La publication des œuvres complètes, entreprise déjà à la toute fin du XIXe siècle sous la direction de Camille Saint-Saëns, et reprise à nouveaux frais à la fin du XXe siècle sous la direction de Sylvie Bouissou, l’établissement du catalogue thématique des œuvres musicales, permettent de cerner l’œuvre avec davantage de précision. Les colloques de 1983 et de 2014 ont représenté des moments forts dans la recherche ramiste. Les travaux de Sylvie Bouissou, André Charrak, Thomas Christensen, Charles Dill, Jean Duron, Catherine Kintzler, Raphaëlle Legrand, Joël Lester, Graham Sadler, Cynthia Verba, et bien d’autres ont pu éclairer divers aspects de la vie et de l’œuvre de Rameau, en tant que compositeur, musicien, théoricien, par bien des perspectives disciplinaires, entre biographie, dramaturgie, esthétique, philosophie, performance et interprétation, analyse des langages musicaux, histoire et réception de la théorie, des idées, du style, etc.
À l’occasion du 300e anniversaire de la publication du Traité de l’harmonie, ce colloque propose à son tour d’en réévaluer la portée en le confrontant avec les conditions et pratiques musicales de la première moitié du XVIIIe siècle, soit la fin du règne de Louis XIV, la régence de Philippe d’Orléans et le début du règne de Louis XV. Il s’agira d’étudier l’environnement musical du Traité de l’harmonie en termes de pensée de la musique, d’art de la composition musicale, des pédagogies musicales, de pratiques d’exécution, de pratiques éditoriales, de contextes sociaux et institutionnels.
 
Parmi les nombreux thèmes possibles, nous avons proposé, de façon non-limitative, les déclinaisons suivantes du périmètre du colloque :

  • les discours sur la musique : comment ceux-ci gèrent-ils l’héritage du passé, ainsi que le rapport avec la science moderne ? y a-t-il une singularité française et quels sont les liens avec les voisins européens de la république des Lettres ? comment se construit, le cas échéant, une vision du langage musical et de l’harmonie « à la française », et quel rapport entretient-elle avec les questions scientifiques de son temps ? quelle est l’épistémologie sous-jacente au rapport à la modernité telle que revendiquée par Rameau ?  
  • le langage musical : la question de la basse fondamentale, le rôle de la règle de l’octave et de l’accompagnement, les nouveaux canons esthétiques et techniques dans la gestion du rapport entre consonances et dissonances, les nouvelles représentations des modes et des échelles et la question de la transposition, les rythmologies du début du XVIIIe siècle, etc.  
  • la pratique musicale : les musiciens, les répertoires et corpus ; la pratique de la basse continue ; les problématiques liées à l’évolution des instruments de musique et de leurs usages, les systèmes tempérés ; la gestion des différents styles et genres musicaux, celle des pratiques déclamatoires, et plus généralement les questions liées au geste musical.  
  • la musique dans son contexte : les dynamiques géographiques des réseaux professionnels et musicaux, dans un royaume éminemment centralisé ; la sociologie des publics praticiens amateurs ou spectateurs/auditeurs de la musique ; les pratiques éditoriales dans le périmètre de la publication du Traité de l’harmonie ; les contextes académiques et institutionnels et les pratiques de mécénat musical, etc.

 


Programme

 

Jeudi 13 octobre

Lieu : campus Clignancourt, Sorbonne Université, 2 rue Francis de Croisset 75018 Paris, salle R01

14h      Accueil
14h30  Introduction

Modération : Nahoko Sekimoto
15h00  État général de la question, Catherine Massip

Écrire le Traité de l’harmonie : contexte institutionnel et musical

15h30  Bénédicte Hertz, Nathalie Berton-Blivet, Thomas Vernet – Production et réception de la pensée théorique de Rameau au sein du réseau des Académies de musique en France au début du xviiie siècle
 
16h20 – pause
 
Modération : Théodora Psychoyou
16h35 Gaëtan Naulleau – Préluder : un aspect méconnu du métier de l’organiste au temps de Rameau
17h05  Graham Sadler – Les Amants trahis, Rameau’s contribution to an unrecognised sub-genre, the « cantate dialogue »
17h35  Roberta Vidić – Rameau and the early Scuola dei rivolti (1720s-30s): new evidence for a comparison from archival research
 

Vendredi 14 octobre

Lieu : IEA, Hôtel de Lauzun, salle des gardes (17 quai d’Anjou, 75004 Paris)

Le Traité de l’harmonie : termes, concepts et filiations

9h00    Thomas Christensen – The Traité de l’harmonie and its Shadows
9h30    Jean-Claire Vançon – La place de l’interprétation dans le Traité de l’Harmonie de Jean-Philippe Rameau
10h00  Ildar Khannanov – Scientfic and Pragmatic Significance of Traité de l'harmonie 
10h30  Théodora Psychoyou – Le Traité de l’harmonie de Rameau dans le paysage éditorial contemporain d’écrits sur la musique : réception, autorités, singularités

11h00 – pause
 
11h20  Nahoko Sekimoto – « Mode » et « Ton » dans le Traité de l’harmonie de Rameau : entre tradition et rupture
11h50  Alexander Jakobidze-Gitman – “Mode”, “Modulation”, and Orientation in Tonal Space in Rameau’s Writings of the 1720s
12h20  Ana Stefanovic – Le Traité de l’harmonie et la sémantique musicale ramiste 
 
13h   Déjeuner

Écrire, penser et traduire le Traité au XVIIIe siècle

Modération : Thomas Christensen
14h00  Raphaëlle Legrand, Sarah Nancy – La plume de Rameau ou comment écrire le Traité de l’harmonie
14h30  Nathan Martin – Les traductions anglaises du Traité de l'harmonie comme outil de recherche
15h00  Elisabetta Pasquini – “In the past our school dictated standards to all the Netherlanders”: Martini, Rameau and the Traité de l’harmonie ;
            Elisa Barbessi – Entre transmission, étude et forma mentis : observations analytiques sur la traduction du Traité de l’harmonie de Rameau par Martini
 
15h50  pause café (20 min)

Traduire le Traité aujourd’hui 

Modération : Raphaëlle Legrand
16h10  Damián Calle [visioconférence] – Expérience, difficultés et décisions dans la réalisation de ma traduction du traité d'harmonie de Rameau en espagnol (2019)
16h40  Kleber Mazziero – La première traduction en Portugais du Traité de l'Harmonie Reduite à Ses Principes Naturels de Jean-Philippe Rameau
 
17h10  Table-ronde – discussion (modération : Raphaëlle Legrand)
 
18h00-18h45 – Concert. Étudiant-e-s du Master d’Interprétation des Musiques Anciennes (musique baroque) de Sorbonne Université en collaboration avec le Baroque Nomade, direction Jean-Christophe Frisch
 
18h45 cocktail 
 

Samedi 15 octobre

Lieu : Maison de la recherche – Sorbonne Université, 28 rue Serpente 75006 Paris, salle D040

Le Traité dans son époque : contexte parisien

9h30    Judith le Blanc – L’année théâtrale 1722
10h00  Bertrand Porot – Polydore de Stuck et Pellegrin (1720) : un opéra préramiste
10h30  Mathilde Aigouy, Raphaëlle Legrand, Rémy-Michel Trotier – Deux saisons d’opéra (1720-1722) : architectures croisées
 
11h00  pause
 
11h15  Julien Le Goff – Alexis Piron à la Foire en 1722
11h45  Don Fader – Friends and Enemies: Montéclair, Rameau, Couperin, and Battles over Taste among Composers
12h15  Patrick Florentin – « Routine » contre « Pratique », ou la collaboration improbable entre Rameau et l’abbé Arnaud
12h45  Conclusions du colloque
 

 


Tutelles

Nous contacter

Institut de recherche en Musicologie (UMR 8223)
Bibliothèque Nationale de France
Quai François Mauriac
75706 PARIS
 CEDEX 13
Secrétariat : +33(0) 1 53 79 37 10
par courriel

Sorbonne Université
Centre Univ. Clignancourt
salle 524 (informatique), bureau 531 (direction)

2, rue Francis de Croisset 75018 PARIS
Tél : +33 1 53 09 56 00

Centre Sorbonne
Salle Pirro
1, rue Victor Cousin 75005 PARIS
Tél : +33 1 40 46 22 11

Maison de la recherche
Salle 312 et 313
28, rue Serpente 75006 PARIS
Tél : +33 1 53 10 57 00

Connexion utilisateur